BRÈVES


Le mot du mois : PÉDAGOGIE

Depuis plusieurs mois, le gouvernement utilise à outrance le terme de « pédagogie » ; Édouard Philippe : "Le Président nous a encouragé à être(...)

Élections professionnelles des psychologues de l’Éducation nationale (31 octobre - 28 novembre 2017)

La CGT Éduc’action s’est toujours opposée à la création de ce nouveau corps des psychologues, parce que cela accélère le démantèlement des RASED, parce(...)

Fédération CGT Education - Recherche - Culture
Confédération Générale du Travail - CGT

Accueil > Le petit cahier > Concours externe 2017 Baisse du nombre de poste

Concours externe 2017 Baisse du nombre de poste

7 mai 2017, par Pôle école

Avec 13 001 postes offerts aux concours de recrutement des Professeurs des Écoles en
2017, Ce nombre reste pratiquement stable (+0,7 %) par rapport à celui de l’an dernier,
auquel s’ajoutent 20 postes pour l’examen professionnalisé réservé de recrutement de
Professeur-e des écoles.

Mais cela cache des disparités selon les concours.
En effet, le nombre de postes aux concours externe diminue globalement alors que celui des différents concours interne augmente.
Ainsi pour le concours externe, si quelques académies voient leur nombre de postes aux concours augmenter comme à Lyon (+ 32,7 %), en Guyane (+ 29,9 %) ou à Poitiers (+ 7,4 %) pour un grand nombre d’académies, il est en baisse et parfois de façon importante comme à Bordeaux (-19,4 %), Nantes (- 19,3 %), Montpellier (- 16,3 %), Grenoble (- 15,3 %) ou Paris (- 5,1 %).
L’affichage du ministère est trompeur pour celles et ceux qui se préparent au concours externe. À noter toutefois, la mise en place, à nouveau, d’un concours exceptionnel (500 postes) pour l’académie de Créteil qui souffre beaucoup du manque d’enseignant-es.
Enfin, alors que la plupart des départements doivent faire face à un déficit de personnels, les créations de postes (souvent insuffisantes au regard des besoins exprimés par les équipes) doivent nécessairement s’accompagner d’un recrutement à la hauteur. Le faible niveau de recrutement ne pourra pas une nouvelle fois, absorber tous les manques en personnels, ni les besoins pourvus par des personnels précaires. De plus, dans quelques départements, le nombre de demandes de départ en retraite augmente sensiblement.
Cela a des conséquences quant aux demandes de mutations interdépartementales, aux demandes de temps partiels soumises à autorisation, aux départs en formation ou en utilisation des droits syndicaux.
Les conditions de travail et de vie personnelle risquent, elles aussi, de se dégrader une fois de plus.