|attribut_html)" />

BRÈVES


Le mot du mois : PÉDAGOGIE

Depuis plusieurs mois, le gouvernement utilise à outrance le terme de « pédagogie » ; Édouard Philippe : "Le Président nous a encouragé à être(...)

Élections professionnelles des psychologues de l’Éducation nationale (31 octobre - 28 novembre 2017)

La CGT Éduc’action s’est toujours opposée à la création de ce nouveau corps des psychologues, parce que cela accélère le démantèlement des RASED, parce(...)

La question des rythmes au Conseil Supérieur de l’Éducation

Lors du Conseil Supérieur de l’Éducation du 8 juin, la CGT Éduc’action a refusé de prendre part au vote sur le décret dérogatoire à la réforme des(...)

Fédération CGT Education - Recherche - Culture
Confédération Générale du Travail - CGT

Accueil > Le petit cahier > 1 + 1 = 1

1 + 1 = 1

7 mai 2017, par Pôle école

Dans certains départements il semblerait que les besoins d’encadrement (postes d’IEN, de conseillers "sécurité"...) soient vivement demandés par les DASEN.
Ces derniers ne disposant que de moyens limités, voire gelés dans beaucoup de départements ruraux sous le coup de conventions ruralités.
Deux techniques pour capter des moyens d’encadrement :
- la première consiste au moment de la dotation de "mettre de côté" directement au niveau du rectorat des moyens réservés à pourvoir les besoins d’encadrement qui ont été identifiés par les différentes inspections.
- la deuxième consiste à prendre des moyens directement à la source en faisant le tour de passe-passe suivant : fermer des classes, récupérer des postes et les transformer mais attention la supercherie ne s’arrête pas là ! Deux postes de PE valent un poste d’IEN.
Ainsi, par exemple dans l’Allier où la convention prévoyait zéro poste (ni suppression, ni création), il a fallu tout d’abord aller à la chasse aux classes à fermer pour en priorité pourvoir aux dispositifs de la loi de refondation de l’école (PDMQDC, aide pédagogique, - 2 ans...) et pour trouver les moyens de créer un poste d’IEN adjoint à la DASEN et 1/2 poste de conseiller pédagogique "sécurité". Au passage c’est 2 postes PE qui disparaissent.
Nous ne réfutons pas la probabilité de besoins même pour l’encadrement mais cela ne doit pas se faire sur le quota de PE. Le ministère artiste magicien très créatif pourrait décliner cette nouvelle règle de calcul afin de pourvoir les postes de hauts fonctionnaires de l’Éducation Nationale. La question est combien de PE faudra-t-il pour un DASEN, un chargé de mission, un délégué aux affaires X ?