BRÈVES


La question des rythmes au Conseil Supérieur de l’Éducation

Lors du Conseil Supérieur de l’Éducation du 8 juin, la CGT Éduc’action a refusé de prendre part au vote sur le décret dérogatoire à la réforme des(...)

Fédération CGT Education - Recherche - Culture
Confédération Générale du Travail - CGT

Accueil > Le petit cahier > On ne lâche rien !

On ne lâche rien !

7 mai 2017, par Fabienne

Nous voilà lancés dans le train politique des élections présidentielles, puis législatives qui, au-delà des affaires, ne nous livre que peu de matière idéologique à mâcher.

PDF - 1.1 Mo

Sur la question de l’École, quelques propositions viennent ici ou là ponctuer des programmes qui ne proposent en rien, ou peu, un changement profond du modèle. Après le scrutin du 23 avril, les derniers candidats en lice restent deux militants du monde de la Finance et de l’Austérité, et pour une, la candidate de la haine. Plus globalement, ils nous annoncent la foudre contre la Fonction publique et le statut des fonctionnaires ou leur nombre, contre la nécessité des services publics. Les supprimer ou les limiter serait la solution pour beaucoup alors que pour la CGT Éduc’action, la vraie solution serait de les développer.

Si nous restons distants avec cette course au mieux (moins ?) disant, c’est que nous sommes conscient-es que ce n’est pas le jeu syndical d’entrer dans cette campagne. Si certains syndicats s’y laissent prendre, c’est qu’ils ont un bilan à défendre et ont peur que les réformes du quinquennat Hollande qu’ils portent, ne soient remises en cause. Belle affaire…
Pour l’heure, la CGT continue de dénoncer les politiques (engagées ou à venir) qui visent à accentuer le chômage, la précarité, la division entre les citoyen-nes, l’exclusion ou les votes de l’extrême-droite.

Plus que jamais, la CGT Éduc’action maintient le cap de son travail syndical de luttes et de revendications pour la défense de l’Ecole que nous voulons. Elle continue de dénoncer toutes les réformes hostiles à une Ecole du vivre ensemble, des apprentissages pour tou-tes, de l’émancipation de chacun-e. Si les politiques passent, ils nous laissent aujourd’hui la réforme des rythmes scolaires, la réforme des carrières et des rémunérations, de l’enseignement spécialisé, du remplacement, des conventions ruralités…

Autant d’attaques néfastes au travail des collègues et des conditions d’étude des élèves. Et rien que pour ça, nous, on ne lâche rien et on continue de militer pour diffuser notre projet d’École et nos revendications.