Un printemps de luttes des classes ?

 

Au contraire, c’est une forme de reconnaissance de la mobilisation. Alors oui, il est toujours aussi difficile de faire descendre les collègues dans la rue, mais ils étaient bien en grève avec de très nombreuses écoles partiellement ou complètement fermées. C’est un signal fort pour le gouvernement, mais également pour nous.

Cela veut dire que la convergence des luttes (salaires, réforme collège...) et les mots d’ordre contre l’austérité imposée, contre la destruction des Services publics, contre la précarisation des salarié-e-s ont une résonance chez les collègues qui veulent faire valoir leurs droits.

Avec le projet de Loi El Khomri, F.Hollande et son gouvernement ont définitivement choisi leur camp dans une lutte des classes digne du 19 e siècle. La CGT et la CGT Éduc’action ne sont pas des oiseaux de mauvais augure, mais elles avaient annoncé la couleur depuis de très nombreux mois.

Ce gouvernement n’est pas l’ennemi de la finance ni l’ami des travailleur-se-s. Cette proposition de loi s’intègre dans un schéma général de destruction de la régulation et protection du travail.

Cette vision politique, mise en musique depuis des années, a pour seul objectif de rendre encore plus flexible et précaire le quotidien des citoyen-ne-s en donnant plus de gages au Capital.

Ensemble, refusons cette logique contraire à l’émancipation des un-e-s et des autres et combattons ces attaques indécentes. Ensemble mobilisons-nous pour exiger un autre modèle de société.

Ensemble, avec la CGT, bâtissons une convergence des luttes pour construire un rapport de force massif qui nous permette de gagner cette nouvelle lutte des classes.

Jérôme SINOT