Sur l’indemnité de 400€ bruts annuels

 

Elle ne compensera même pas, pour 2013, la perte liée au différentiel entre l’évo­lution de la valeur du point indiciaire (nulle) et l’inflation prévue (environ 1,5 %) sur le salaire moyen enseignant...

Elle sera versée en 2 fois en décembre 2013 et en juin 2014. Et mesquinerie ultime, cette indemnité étant versée pour l’année scolaire 2013/2014, elle ne "coûtera" que pour une moitié en 2013... 173 € environ. Il n’y a pas de petites économies...


C’est, certes « mieux que rien »...

C’est, aussi, « moins que rien ».

Merci Patron...

Les primes/indemnités...
Un piège...

Il est toujours agréable, particulièrement en période de vache maigre, de toucher une prime, mais la mise en place d’une prime, cor­respond le plus souvent à la volonté du pouvoir de faire « passer » une pilule plus ou moins amère.

La dernière prime/indemnité annoncée, celle de 400€, est là pour faire avaler la réforme des « rythmes »... Celle qui « indem­nisait » les éva­luations Ce1 et Cm2, et qui a été supprimée cette année (permettant en partie de fi­nancer celle créée pour les rythmes !!!), répondait à la même logique, éviter un boycott massif de ces évaluations...

- Une « prime » ne rentre pas en compte pour le calcul de la retraite si ce n’est par le biais de la Retraite Additionnelle (de manière ridicule).

- Une « prime » peut être supprimée très facilement (cf. la prime pour les évaluations Ce1, Cm2)

- Une « prime », dans une période où le point indiciaire n’évolue pas, sert à « camoufler » les pertes de pouvoir d’achat.

La priorité pour la CGT n’est pas de multiplier les primes, mais reste l’augmentation immédiate du point d’indice et de nos salaires.

Yvon GUESNIER