Scolarisation des enfants de moins de trois ans

 

Scolarisation des enfants de moins de trois ans

C'est indéniable, cette priorité ministérielle est une bonne nouvelle. C'est même, pour partie, la satisfaction d'une de nos revendications. Toutefois, la plus grande prudence est nécessaire. En plus des doutes que peuvent susciter la multiplication des priorités nationales sur une amélioration globale des conditions d'étude et de travail à l'école, la circulaire de mise en place n'est pas exempte de failles.

Le dispositif sera tout d'abord limité aux écoles situées dans un secteur socialement défavorisé. Soit, il faut bien commencer quelque part. Mais les conditions prévues seront-elles au rendez-vous en septembre ? Et comment et par qui seront définis ces secteurs ?

Il est question de postes identifiés au mouvement, de formations, de projets d'écoles, de locaux, de matériels, de rythmes, d'organisation des activités et du lieu de vie, spécifiques à ces structures. C'est en effet indispensable : les revendications de la CGT Éduc'Action le développent depuis un bon moment.

On peut également craindre que l'adaptation des locaux et du matériel à ces nouvelles classes ne puisse être mis en place aussi vite qu'il serait souhaitable : nombreuses sont les municipalités, et pas forcément les plus démunies, qui peinent ou renâclent à satisfaire aux besoins actuels de leurs écoles (sachant en plus que les budgets 2013 sont déjà bouclés).

À noter également, le vœu, déjà à minima, de la présence régulière d'une ATSEM. Difficile de croire que les personnels supplémentaires seront recrutés et formés en si peu de temps et que les communes pourront  les embaucher… Il est donc à craindre de voir des mouvements dans, ou entre, les écoles et que certains collègues devront « rendre » leur ATSEM.

Quant au projet, co-élaboré par l'éducation nationale et les collectivités territoriales, sensé donner corps et cohérence à l'initiative, on peut s'inquiéter, non pas de la collaboration nécessaire, mais du manque de cadrage national. Une fois de plus, cela générera des disparités dues au transfert progressif de responsabilité..

Pour l'évolution et la pérennisation du dispositif, le ministère sera bien inspiré de ces revendications de la CGT Éduc'action, plus que jamais actuelles :

       en maternelle, aucune classe ayant des élèves de petite section et de toute petite section, à plus de 15 élèves

       au moins un-e Atsem diplômé-e par classe maternelle

       reconnaître la spécificité de l’enseignement en maternelle dans la formation initiale et continue

Antoine DIERSTEIN