Pédagogie Agent orange : attention, danger !

 

Parce que 120 pages plus tard, la colère et l’écœurement gagnent : écœurement de la seule syllabique, seul salut, seul possible, seule méthode, seule remédiation aux yeux de nos dirigeant·es pour savoir lire. Colère aussi, face à la suffisance et au mépris dont les auteur·es font preuve pour les élèves, leurs enseignant·es, leurs formatrices et formateurs.
Quel sentiment avoir quand les seules aides proposées par nos gouvernants, aux élèves en difficultés sont :
1. reprenez donc un peu de syllabique…
2. soyez évalué·es tous les deux mois
3. utilisez des logiciels payants et sponsorisés
4. n’ayez surtout pas recours aux personnels formés des RASED pour tenter une autre approche de la lecture.
Et que penser du ton utilisé dans cet écrit, à la foi autoritaire et condescendant ? Prenons par exemple ce simple passage, à la page 29 : « bien que la méthode globale ne soit plus guère utilisée, nous voyons que des reliquats de ses pratiques persistent, qui tombent sous le coup de la critique que S. Dehaene réserve aux principes qui l’ont animée ».
Au final, le seul mérite de ce document est l’envie pressante et irrépressible de se replonger dans des ouvrages comme 1984 de Georges Orwell, Le meilleur des mondes d’Aldous Huxley ou encore La vague de Todd Strasser, pour ne pas oublier les ressorts des empires idéologiques totalitaires.
Allez, soyons folles et fous, utopistes et émancipateur-trices et gageons que nos enfants et élèves auront longtemps la liberté de les lire et de les comprendre !