Mon rendez-vous carrière

 

Visitée à la rentrée de janvier, dans une classe que je connais à peine étant brigade et affectée la veille des vacances j’ai déjà été très embarrassée pour compléter le document support à la visite. J’avais été prévenue de la visite dès le mois de septembre via ma boite i-prof.
Au-delà du parcours professionnel qui est accessible dans i-prof, il faut répondre à des questions concernant « les compétences mises en œuvre dans le cadre du parcours professionnel » décliné en 3 dimensions : l’agent dans son environnement propre (la classe), dans une dimension collective et enfin dans son projet de développement professionnel.
L’écrit doit être synthétique et surtout être alimenté d’exemples tirés du vécu en commentant en fonction de son point du vue, ses conceptions, son regard sur le contexte d’enseignement mais aussi les effets éventuels.
Je l’ai donc complété, le plus sincèrement possible. J’y ai ainsi affirmé et défendu mes choix et convictions pédagogiques, revendiquant dans la troisième partie une perspective de formation en cohérence avec mes idées.
J’ai envoyé ma prose environ une semaine avant la visite et j’ai préparé comme à l’habitude ma classe.
Le jour J, ce RDV carrière a débuté comme une inspection classique. L’IEN a observé ma séance en fond de classe et nous avons échangé dans la foulée pendant près d’une heure, ce que j’ai apprécié, tout comme les conseils sur ma séance, l’esprit constructif et exempt de jugement.
Cependant le gros de l’entretien a tourné sur le contenu de mon écrit, mes projets de « carrière ».
Le compte rendu de cette visite me parviendra au cours du mois de mai pour que je puisse répondre. En septembre je recevrai le compte rendu du rendez-vous carrière définitif avec l’avis du DASEN. Celui-ci pourra être contesté dans les 15 jours après réception pour pouvoir être présenté à la CAPD de recours du mois de novembre avant celle qui concerne les avancements.
En fait, de mon point de vue, le RDV carrière n’apporte rien de nouveau et s’il s’attache plus aux expériences et aux relations (aux collègues, parents…) je m’interroge sur la possibilité pour certain.es de répondre au vu de leur poste.
Quant à nous demander nos perspectives de carrière encore faut-il que des moyens concrets et un plan de formation digne de ce nom nous soient accessibles.
Ce système suspend encore la progression de carrière à l’inspection (ou la visite) ce que rejette depuis toujours la CGT Educ’action.