Les suites du 12 février. Pour une nouvelle grève. CR de l’interfédérale du 25 février

 

Compte-rendu de la rencontre interfédérale de l'Éducation du 25 février

Étaient présents : la CGT, FO, SUD, la FAEN, la CNT et la FSU.

La CFDT et l'UNSA ont décliné l'invitation.

La Cgt y a  porté la nécessité de donner une suite à la grève du 12 février, qui a été un temps fort de la mobilisation des personnels du premier degré.

Pour la Cgt-Edu'Action, face au refus du ministre d'entendre les revendications des personnels sur la question des rythmes scolaires notamment, cela passe impérativement par un appel à la grève avant le 31 mars 2013.

Vincent Peillon tente de faire diversion en annonçant, sans aucune concertation, son souhait de mettre en place un zonage des vacances d'été.

La FSU a exclu toute participation à une action de grève durant le mois de mars et a proposé à toutes les autres organisations syndicales de participer à une manifestation nationale le samedi 6 avril 2013, au moment du débat parlementaire sur la loi d'orientation sur l'école.

La Cgt considère que cette proposition ne peut pas constituer la seule réponse des personnels à la volonté de passage en force de Vincent Peillon.

C'est la raison pour laquelle la Cgt a invité toutes les fédérations qui partagent notre analyse à une nouvelle réunion le mardi 5 mars, dans nos locaux, pour décider d'une date de grève au mois de mars 2013.