ENSEIGNANTS SPÉCIALISÉS, AVS… L’URGENCE EST À LA FORMATION

 

ENSEIGNANTS SPÉCIALISÉS, AVS…

L’URGENCE EST À LA FORMATION

 Les gouvernements précédents ont non seulement organisé la casse des RASED mais ont aussi durablement condamné l'ASH en réduisant drastiquement les départs en formation. En témoigne ainsi la situation de nombre de jeunes collègues qui se retrouvent affectés au 3ème mouvement sur des postes ASH.

Ainsi, en six ans, le nombre de départs en formation a chuté de plus de 60% passant de 1854 à la rentrée 2007/2008 à 711 cette année. Dans certaines spécialités, la baisse atteint des chiffres dramatiques avec une baisse de plus de 90% pour les options E (545 en 2007 à 28 cette année soit une baisse de départ en formation de 95%) et G (253 en 2007 à 17 cette année soit une baisse de 93%). La situation des psychologues scolaires n'est guère plus réjouissante. Dans certains départements, leur faible nombre les contraint à ne faire que des bilans d'orientation, les empêchant de mener un réel travail de prévention et de soutien pour les élèves les plus fragiles. En ce qui concerne les SEGPA, la fermeture de centres de formation témoigne de la volonté politique de remettre en cause la prise en charge des élèves en très grandes difficultés dans les collèges.

Dans certains départements, les Directeurs d'Académie usent de subterfuges de communication pour tenter de montrer la priorité donnée à l'ASH par l’affichage d’un nombre conséquent de départs en formation pour les options D (CLIS) et F (ULIS). Mais cela ne répond pas aux besoins.

Les établissements spécialisés n'ont pas non plus été épargnés (CMPP, IME, IMPRO, Établissements de mal voyants, malentendants...).

La loi sur le handicap de 2005 a non seulement poussé à l’intégration dans les classes ordinaires des enfants relevant du champ du handicap, mais a aussi obligé ces établissements à transformer leur école en unité d’enseignement. Ces modifications ont des incidences graves sur le maintien des postes, la qualité d’accueil et de prise en charge des enfants. En effet, pour eux cela se traduit par des aides spécialisées incomplètes (souvent à mi-temps) et par un accompagnement effectué par des AVS, non formés et au contrat précaire.

Il est urgent que la priorité soit donnée à l'ASH par l’octroi de moyens financiers et humains conséquents, par un plan massif de départs en formation pour les enseignants, mais aussi que par le règlement de la situation des AVS en mettant en place une réelle formation qualifiante avec un diplôme et un véritable emploi statutaire de la Fonction Publique.

Il serait inacceptable que Vincent Peillon invente des postes RASED « surnuméraires » sans le dire, en communiquant sur le thème du « plus de maîtres-sses que de classes » (que nous revendiquons d’ailleurs), sans parallèlement réaffecter les moyens aux RASED pour qu'ils puissent fonctionner convenablement.

Pour eux aussi, cela passe par un véritable plan de formation pour toutes les options spécialisées, non seulement pour pourvoir aux postes supprimés, mais aussi pour créer les postes nécessaires pour lutter contre l'échec scolaire. La CGT Éduc’action entend mener des actions pour obtenir les moyens nécessaires.

François-Xavier DURAND