Continuer de nous battre pour exiger un autre avenir

 

L’actualité, depuis plusieurs semaines, est profondément marquée par la bataille des personnels et des usager·ères contre le projet de Loi Blanquer, mais aussi contre le projet de loi de réforme de la Fonction publique.
Cette bataille est légitime au regard de la dangerosité de ces projets pour l’École, son évolution et le devenir des services publics (statuts et missions des personnels par exemple). Cependant, ces attaques ne sont pas nouvelles et pour la CGT Éduc’action, elles sont clairement la suite et la validation des projets et politiques menés depuis plusieurs décennies. Face à cette situation, il est de la responsabilité des organisations syndicales d’informer les collègues et les usager·ères, mais surtout de construire une opposition large et massive pour exiger, dans un premier temps, le retrait de ces projets de loi. Nous devons également, dans un second temps, batailler pour faire gagner nos idées et proposer le projet d’École de la CGT Éduc’action.
Face à l’École de la sélection et de la reproduction des élites, il est temps d’exiger une École émancipatrice et égalitaire dont l’accès et la connaissance sont garantis à tou·tes. Face à cette urgence d’imposer de vrais services publics et une École d’un autre modèle que celui du monde capitaliste, l’unité d’action des personnels, des usager·ères et des organisations syndicales est une obligation vitale. Et si aujourd’hui, le mouvement social ne parvient pas à obtenir le recul du gouvernement Macron-Philippe, c’est que tous les ingrédients ne sont pas réunis.
La CGT Éduc’action se bat depuis de très nombreux mois pour que l’idéologie de certain·es et les intérêts partisans ne priment pas sur l’intérêt général. Face aux difficultés, elle maintient le cap et estime qu’il faut continuer à travailler au plus près des collègues pour expliquer l’urgence de s’organiser et de s’opposer massivement.
L’heure est certainement au bilan de l’action syndicale et citoyenne pour mieux appréhender les luttes futures. Et pour qu’elles soient victorieuses surtout !