Congrès de l’AGEEM

 

Cette année, le congrès de l’AGEEM se tenait à Marly le Roi, en région parisienne du 3 au 5 juillet et avait pour thème « Osons les arts, semons des graines de culture ». Le programme était alléchant et la promesse fut tenue.
Ce congrès est une mine d’informations et de formation à destination des professeur·es d’école maternelle. L’organisation, prise en charge par les collègues de Marly et sa région, était une fois encore bien huilée. Sur place, chacun·e compose son propre parcours de formation en choisissant ente les différentes activités proposées.
Des conférences animées par des spécialistes divers tels Joëlle Gonthier, plasticienne, initiatrice de la « grande lessive », Viviane Bouysse, inspectrice générale de l’Éducation nationale ou Alain Serres, auteur… Et bien d’autres encore.
Des expositions pédagogiques, dans lesquelles des collègues nous font partager un de leur projet par le biais de panneaux, de livrets, de productions finies ou en échangeant avec les congressistes.
Des ateliers d’éducation musicale afin d’explorer des univers sonores en pratiquant le chant, la danse ou des activités d’écoute.
On trouve aussi dans ce congrès le salon des éditeurs qui en est certes le pendant plus commercial mais qui permet de feuilleter des livres pédagogiques ou de tester du matériel.
Tout cela par contre a un coût non négligeable qui repose dans la plupart des cas sur les congressistes eux·elles-mêmes. Pour pouvoir participer, il faut être inscrit·e à l’association, payer l’entrée au congrès et régler un certain nombre de frais annexes comme l’hébergement et la nourriture. Aucun dédommagement ou défraiement n’est prévu et cela représente un frein pour bon nombre de personnes.
Au final, pour moi qui y ai participé, je repars avec plein d’idées dans la tête et de belles rencontres. Mais je regrette que ce fort temps de formation ne puisse pas profiter à un plus grand nombre de personnes.

Dominique Mechin
(CGT Éduc’action 58)