Carrière Rendez-vous de carrière : mode d’emploi

 

RDV Carrière, Vous n’êtes plus seul·es dans vos démarches.

1. Avant le début des vacances d’été, le ou la concerné·e par un RDV de carrière est prévenu·e par le biais d’i-prof de sa programmation pour l’année scolaire à venir. Une notice est jointe à ce courrier. Elle comprend les enjeux et le déroulé de ce RDV. Un document est proposé pour préparer l’entretien. Il n’est pas obligatoire de le compléter.
2. 15 jours avant la date du RDV (attention en dehors des vacances scolaires !), une notification du calendrier est adressée à l’intéressé·e sur sa boite mail académique avec le modèle de l’évaluation. Les horaires des deux temps (observation en classe et entretien) du RDV de carrière sont précisés dans la notification.
3. De mai à début juillet (suivant les académies), le compte rendu est notifié à l’enseignant·e par mail. Il·elle a un délai de deux semaines pour porter des observations sur le compte-rendu, s’il·elle le souhaite. Un encadré est prévu à cet
effet.
4. L’appréciation finale décidée par le·la IA/DASEN (synthèse des différents avis sur les items et de l’appréciation littérale de l’IEN) est communiquée dans le mois (normalement 15 jours) suivant la rentrée qui suit l’année du RDV de carrière. Cette
évaluation finale défini « la valeur professionnelle » et est déterminante pour les évolutions de carrière (accélération d’échelon et accès à la Hors Classe).
L’enseignant·e a alors :
- 30 jours pour formuler un recours gracieux auprès de l’IA/DASEN demandant sa révision.
N’hésitez pas à contacter la CGT Éduc’action si vous souhaitez un modèle de lettre.
- L’administration a 30 jours pour lui répondre. (Attention pas de réponse équivaut à un refus de révision !).
- Si le désaccord persiste, l’intéressé·e a 30 jours pour saisir la CAPD.
Cette CAPD examinera la situation et se prononcera sur la demande de révision. En général celle-ci a lieu en décembre ou janvier.
En cas de recours, contactez les syndicats départementaux de la CGT Educ’action pour vous aider dans cette démarche et en assurer le suivi auprès des autorités hiérarchiques.
Ce système suspend encore la progression de carrière à l’évaluation ce que rejette depuis toujours la CGT educ’action.