CP-CE1 à 12 et carte scolaire : PO-LI-TI-QUE ET SO-LI-DAI-RE, LA FUTURE CARTE SCOLAIRE PARISIENNE ?

 

D’ailleurs, le P/E ("P sur E", c’est un peu technique pour nous mais lui, il a l’habitude) est équivalent à celui de la Corrèze, rendez-vous compte ! Il est heureux, le DASEN, il est surdoté à Paris, il aimerait bien que ça dure mais il faut aussi être so-li-dai-re avec la Corrèze ! Alors comme il y a vraiment beaucoup moins d’élèves, on va redresser tout ça. Ça va être difficile, mais on reste dans la bienveillance vous savez !

Alors oui, il y a des graphiques sur 25 ans et d’autres sur 10 ans. Mais c’est un hasard. Et on se fait confiance, les courbes diraient la même chose de toute façon. Bonne courbe ne saurait mentir... Bref, si vous n’êtes pas en REP, ou si vous en êtes en maternelle, vous allez faire preuve de so-li-da-ri-té. Parce que ce genre de décision po-li-ti-que (là c’est de la po-li-ti-que au bon sens du terme, ne vous trompez pas ! on le répètera à l’envi) a besoin que tout le monde s’y mette.

C’est comme les fusions d’écoles : quelques rares cette année mais le DASEN veut que la réflexion avance pour fusionner davantage d’écoles pour la rentrée 2019. Pensez, au moins un poste de directeur•trice d’économisé à chaque fusion ! Gestion responsable et mutualisation des moyens !

La chute vertigineuse du nombre d’élèves dans le primaire parisien n’a rien à voir avec la réforme des rythmes scolaires. Eh bien non. Le tableau présenté et la chute vertigineuse à partir de 2013 ne le prouvent pas. C’était quand, déjà, la réforme des rythmes scolaires à Paris ? Et si, dans le même temps, le privé n’a pas perdu d’élèves (en a même gagné ? - « est resté stable » dixit le DASEN) c’est parce qu’il y a une arrivée massive d’élèves résidant en banlieue dans le privé parisien. Vous suivez, vous êtes déjà largué•es ou vous faites du mauvais esprit ?
Du mauvais esprit, on le sent : ceux et celles qui ont à redire de se voir présenter des courbes sur dix ans, d’autres sur 25... Mais non, tout est limpide ! Pas d’embrouille, tout est transparent ! Mais puisqu’on vous le dit !

117 écoles en Éducation prioritaire sur les 655 parisiennes ? Il faut effectivement récupérer autant de postes que de futures classes dédoublées de CP en REP+ et en REP à la rentrée 2017, en gardant les postes de CP dédoublés de cette année pour les CE1 de REP+ à la rentrée 2018 ; et on pense aux CP dédoublés de 2019 en gardant les postes de 2018-19 en CP dédoublés pour les CE1 dédoublés de REP /REP+ à la rentrée 2019…
D’où plus de 100 postes nécessaires à prendre sur les 538 écoles hors Éducation Prioritaire, les fusions... Et encore, le DASEN ne veut pas toucher aux moyens de remplacement… On respire !

Cerise sur le gâteau, des IEN commencent à dire qu’avec les CP-CE1 dédoublés, il y a moins de besoins en RASED...

Politique et dogmatique : la carte scolaire qui sera présentée dans quelques semaines risque de l’être. Solidaire ? Le terme est bien galvaudé. La CGT Éduc’action se battra aux côtés des écoles pour défendre leurs intérêts.

Antoine DIERSTEIN & Henri BARON