Au CHSCT ministériel du 6 novembre 2019...

 

Suite au suicide de notre collègue, toutes les organisations syndicales avaient appelé à la tenue d’un CHSCT extraordinaire pour évoquer les conditions de travail dramatiques subies par les collègues et prévenir les actes suicidaires. Face à cette pression syndicale et le fort soutien des collègues sur le terrain, le ministère a convoqué en urgence cette instance.
Pour l’occasion, partout en France et particulièrement devant le ministère, des rassemblements et une forte mobilisation ont eu lieu. Et alors que l’attente était forte, le CHSCT a accouché d’une souris…
Un mois après le suicide de notre collègue qui accuse son employeur d’avoir été à l’origine de son acte, on annonce un GT avant la fin de l’année 2019 afin de définir un protocole de prévention de l’alerte suicidaire…
Le ministre a aussi fait une annonce fracassante en dévoilant "Une campagne nationale de recrutement des médecins de prévention »… Il faudrait déjà pourvoir les postes vacants dans toutes les académies.
Et enfin le ministère s’engage à plus de transparence sur les données nationales concernant les risques psychosociaux et d’en faire l’objet d’un échange annuel avec les organisations syndicales. Les chiffres annoncés par le ministère font état sur l’année 2018-2019 de 58 suicides des personnels de l’Éducation nationale soit plus d’un par semaine !
Lors du CHSCT, il a été rappelé le « chantier » en cours sur les métiers et les missions des directions d’école.
Combien d’autres actes tragiques pour obtenir des réponses immédiates et concrètes ? La CGT Éduc’action reste mobilisée sur ces questions de bien-être au travail pour tous les personnels. Avec l’intersyndicale nationale, elle poursuit le combat.