AESH 20 novembre : journée d’action Retour sur la forte mobilisation dans l’académie de Clermont-Ferrand

 

Le recteur a pu constater au cours de cette journée de mobilisation du 20 novembre que les AESH étaient déterminé·es à sortir de l’ombre, de l’invisibilité. C’étaient plus de 150 personnes réunies devant les grilles, AESH, profs, parents avec leurs enfants. Au-delà des revendications principales qui sont celles du statut et de la revalorisation des salaires assortie de la possibilité de travailler à temps complet, les AESH de l’académie voudraient a minima voir appliquée la circulaire de juin 2019. En effet le rectorat a choisi un calcul, qui lui appartient, entrainant un non-paiement du travail hebdomadaire qui varie entre 20 et 40 mn selon les contrats : soit par exemple 23H31 rémunérées pour un contrat à 24h hebdomadaire. Cela reflète comment cette circulaire nationale permet toutes les interprétations possibles et induit l’inégalité de
traitement sur le territoire.
En définitive, sans cadre contraignant, le recteur fait ce qu’il veut d’une circulaire. C’est à se demander si le recteur n’aurait pas besoin d’un·e AESH pour lui reformuler la consigne ?
Depuis la rentrée, les collègues s’organisent et se mobilisent : audiences, rassemblements, rencontre de parlementaires qui s’engagent après des AESH, intervention en CCP…
Des recours gracieux formulés par des dizaines d’AESH sont en cours et ont été envoyés pour demander la rectification des contrat. Si ces recours sont refusés, alors avec l’aide de la CGT Éduc’action, les collègues AESH engageront une procédure devant le Tribunal administratif selon une formule simple : faire entendre et respecter leurs droits.