Accueil > Journal électronique > Taux d’encadrement, la honte !

Taux d’encadrement, la honte !

mardi 3 septembre 2013

Et si on passait les classes à 39 en maternelle et à 32 en élémentaire... Vous diriez quoi ?

C’est équivalent à ce que vient de faire le gouvernement en sortant en août un décret sur le taux d’encadrement des activités péri-scolaires dans le cadre de la « réforme » des rythmes scolaires. Ce décret assouplit dangereusement ces taux ; pour les enfants de moins de 6 ans (maternelle), il passe d’un-e animateur-trice pour 10 enfants à 14 et, pour les enfants de plus de 6 ans, de 14 à 18.Un premier décret, disant à peu près la même chose, avait été retoqué par le Conseil d’Etat en juin...

Le tout pour « une période expérimentale de 3 ans » qui sera pérennisée si le « comité de pilotage » bidon mis en place par le Ministère (auquel participent des responsables syndicaux de l’Unsa et du Snuipp) trouve que cela a donné satisfaction et fait un rapport positif au Ministre...

Gageons qu’elle sera pérennisée... Et étendue aux centres de loisirs classiques (c’est d’ailleurs la demande faite immédiatement par l’association des maires ruraux), histoire d’améliorer sans doute (?!) la qualité du service rendu à l’enfant et le sort des salarié-es...

Et cerise sur le gâteau le décret dit aussi : « Par dérogation à l’article R. 227-20 du code de l’action sociale et des familles, les personnes qui participent ponctuellement avec le ou les animateurs à l’encadrement des activités périscolaires sont comprises, pendant le temps où elles y participent effectivement (...) ces taux d’encadrement.."

Elle n’est pas belle la vie ?