Accueil > Journal électronique > Gratuité : quand le Ministère et ses partenaires nous prenaient pour des (...)

Gratuité :
quand le Ministère et ses partenaires
nous prenaient pour des imbéciles !

mercredi 10 septembre 2014

Lors des grand messes sur la Refondation de l’été 2012, les représentant-e-s de la CGT Éduc’Action interviennent pour dire que les temps périscolaires mis en place par la réforme des rythmes ne seront pas gratuits dans nombre de communes...

Les représentant-e-s du Ministère, des collectivités territoriales, des associations qui tournent autour de l’École, des organisations syndicales qui ont accompagné la réforme constamment ou par période, ont joué les étonné-e-s, voire les amusé-e-s...

Vraiment la CGT est incorrigible : elle voit le mal partout !

Deux ans après, la réalité est là et quels qu’en soient les montants et les modalités, des milliers de communes ont rendu ces activités payantes...

En réalité, c’est la levée officielle d’un interdit : l’école est toujours obligatoire mais elle n’est plus vraiment gratuite.

Celles et ceux qui sont à l’origine de cette réforme et s’étonnent aujourd’hui des dérives « oublient » qu’ils-elles en sont, de fait, à l’origine.